Filip des 2B3

En voilà un titre de billet bien putassié pour vous parler de vernis à ongles ! Et oui, en femme d’affaires avertie, je me dis qu’il faut vraiment que je surfe sur l’actualité pour être googleisable.

Bref, je m’en fous un peu de Filip des 2B3. J’étais déjà trop avancée pour être fan et même si j’avais été plus jeune, je pense que je ne l’aurais pas été. C’était pas complètement ma came les jeunes éphèbes, j’étais déjà sur de l’homme plus mûr, plus torturé, un brin introverti. Ou alors carrément borderline.

Mais bon, un petit clip, c’est toujours cool le vendredi après-midi.

Mais ne nous égarons pas, on est là pour parler vernis à ongles.  Je suis fan du vernis, je l’ai dit 12 fois, avec une prédisposition particulière pour le fluo ce qui m’a valu d’être über trend setteuse par rapport à ELLE sur ce sujet. Souvenez-vous

Si je vous dis Thailande, la première chose qui vous vient à l’esprit, je parie que c’est pas le vernis. Et c’est un tort. Les thaï sont folles de beautédespieds / beautédesmains, y en a à tous les coins de rues, c’est une vraie religion, comme les papiers pour ne pas briller et les barrettes bizarres.
Alors que l’on déambulait tranquillos dans les allées du « grand market » de Hua Hin (un des seuls lieux pas complètement pourri par les stands de tee shirt, de sacs vuitton et d’araignées empaillées) je tombe sur ce SUBLIMISSIME stand de vernis à ongles. Jamais de ma vie je n’avais vu quelque chose d’aussi beau (enfin, on se détend, sur le même thème).

vernis 01

Par milliers, des petites bouteilles de vernis s’alignaient, rangées par couleur et en dégradé. C’était superbe.

Et un gros plan pour le plaisir comme dirait Herbert L.

P1000776

Evidemment, ces gens ont le bon goût de ne pas vendre cela un lingot la bouteille d’un demi-litre qui finit solidifiée par le temps dans un panier de manucure. 1 euro le lot de trois, qui dit mieux ?

Mais là, il m’est arrivé un truc bizarre. Au lieu de prendre 1 bouteille de chaque couleur ce que toute personne saine d’esprit aurait fait, et bien j’ai hésité, j’ai rationalisé, j’ai optimisé, si bien que je suis repartie avec seulement 3 couleurs. Quelles couleurs me direz-vous, mais bon, seulement 3 couleurs. C’est complètement incroyable.

Après plusieurs semaines d’analyse de cette décision ubuesque, je pense que j’ai été victime d’un syndrome de trop plein. Et j’ai l’impression que ce truc, et bien une fois que tu l’as, tu ne peux plus t’en débarrasser, un peu comme si tu avais un staphylocoque du shopping. Il est là, se tient tranquille mais à tout moment, il peut surgir comme un diable de sa boite.
D’ailleurs, pas plus tard qu’hier, alors que nous faisions une promenade dominicale dans le Marais, malgré un lèche vitrine assidu, et bien pas un achat en vue ; une espèce d’impression que tout est pareil, que tout est atrocement cher que j’ai déjà tout 20 fois.

Alors, est-ce que le trop plein est un symptôme de la grippe A ?