Lanzhou la lointaine

Vendredi 13/04/07

Après un long long voyage (plus de 5 heures d’attente à l’aéroport), nous avons atteint la petite bourgade de Lanzhou toujours plus au nord ouest de la Chine.
Ce petit village de 160 000 habitants est perché à 1500 m d’altitude. C’est vraiment ici considéré comme une petite ville de province. Passage obligé de la route de la soie, c’est aujourd’hui une ville assez industrielle. Depuis quelques mois, elle abrite un très beau musée consacré aux objets retrouvés sur la route de la soie.

Nous ne sommes pas restés longtemps ici : arrivée dans la nuit et départ pour Dunhuang en train couchette à 17h. Mais ces quelques heures étaient vraiment chouettes. Après le musée, nous avions quartier libre et tout le monde s’est précipité au petit marché d’à côté. Les étals mode et chaussures n’étaient pas forcément à mon goût (mais sûrement à celui de certains de mes compagnons de voyage…), en revanche, la partie bouffe était nettement plus intéressante ! Fruits confits, graines en tous genres, poissons séchés caramélisés, nouilles et riz, nous avons tout goûté.

Il faut quand même que je précise une chose sur cette bonne ville de Lanzhou : la pluparts des habitants n’ont jamais vu d’occidentaux, de « longs nez » comme on nous appelle, pour de vrai. Ils les ont vus dans les pubs, à la télé ou dans les journaux, mais jamais pour de vrai. Nous avons donc provoqué une quasi émeute dans ce marché. Les gens nous regardaient vraiment l’air halluciné. Mais tout cela sans aucune animosité. Aucun rapport avec ce que nous avons fait au début du 20ème siècle, lors de l’exposition universelle de Paris en 1900 notamment, en exhibant nos « sauvages » noirs venus des colonies comme des bêtes de cirque pour distraire les foules parisiennes.

Nos amis chinois ne souhaitaient qu’une chose : qu’on soit photographié ensemble, que nous prenions des photos d’eux en leur montrant bien le résultat (vade retro argentique) ou que eux pausent avec nous sur leurs propres clichés. Evidemment, mes cheveux blonds les fascinaient vraiment.

C’était un très joli moment, de découverte et d’échange, quand bien même personne ne se comprenait !

A 17h, nous avons pris d’assaut le train couchette Lanzhou / Duhuang. Nous avons des couchettes dites « molles » et des cabines VIP avec seulement 4 couchettes. Les chinois voyagent eux dans des couchettes dures (qui sont donc des planches ni plus ni moins) et par 6.
Le grand jeu de l’ADHE les quelques jours précédents le départ étaient évidemment de trouver ces roommates pour le voyage (de 14h quand même). Des tractations avaient même commencé dès Roissy parait-il. Pour ma part, nous avions constitué notre petit groupe quelques jours avant et c’était très sympathique. Comme toujours, il y avait la cabine maudite, constituée des parias du groupe (4 sur 80 c’est pas énorme non plus).

On a beaucoup rigolé, on a dîné au wagon restaurant (truc qui n’existe plus dans les TGV mais que j’adorais quand j’étais petite fille. On mange dans des vraies assiettes, avec des couverts, quelqu’un vient nous servir, bref, le restaurant dans le train). C’était super exotique.

Pour ma part, j’ai dormi dans ce train comme un nourrisson (remarque, pour la 1ère fos de ma vie, j’avais pris un somnifère), ce qui n’était pas le cas de tout le monde.

Arrivée à Dunhuang aux portes du désert à 7h00 du matin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s